Ces tendances qui exigent de faire évoluer nos métiers (2/3)

Les évolutions technologiques, les tendances qui sous-tendent notre société exigent de celles et ceux qui entreprennent ou qui décident de créer une entreprise en Wallonie de s’adapter. Cet article s’inscrit dans une suite de publications, initiée avec l’article « Quelles sont les tendances qui transforment nos métiers« . A travers ce deuxième poste, des personnalités témoignent des tendances qu’elles ont identifiées.

Entre lien social et technologie

PCHALLENGE3our Thérèse Mahy, député provinciale en charge de la Cellule développement durable de la province de Luxembourg, il est important aujourd’hui de prôner un retour aux valeurs, à la solidarité et de recréer un lien social. Des initiatives en ce sens voient le jour, comme des potagers partagés. La province, par exemple, accorde une prime pour les ménages avec enfants souhaitant mettre en place un potager ou un poulailler. C’est un autre mode de consommation qui est, par ce biais, encouragé.

Réinventer son métier

Evan Laloux est gérant d’un magasin de décoration d’intérieur spécialisé en habillage de fenêtre – les maisons Laloux à Marche-en-Famenne. Il estime qu’il est temps de réinventer le commerce. Après avoir repris un commerce de plus de 100 ans, il a eu pour défis de réinventer le métier de conseiller en habillage de fenêtre.

Il l’a fait via différents moyens : une boutique e-commerce où il est possible d’utiliser les techniques de la réalité augmentée afin de visualiser directement le résultat de l’achat dans l’intérieur de l’internaute. Selon lui, une innovation à venir sera le fait de scanner les intérieurs et de pouvoir en imprimer une maquette 3D de ceux-ci retravaillée par les prestataires de services en tout genre. La technologie sous-tend le commerce, elle permet de créer une réelle expérience client, de faciliter, par diverses fonctionnalités, l’acte et la décision d’achat.

Du bio et des produits finis

Jean-Marie Dasnoy, président des bouchers de Virton et vice-président des bouchers du Luxembourg, a notamment mis en exergue le fait que les réglementations sont de plus en plus dures pour les petites exploitations et qu’il est difficile pour certains de survivre dans un secteur si oppressé. Ces règles renforcées, toutefois, ont aussi permis d’assainir le marché.  Les tendances ? Elles sont au Bio et, de plus en plus, vers des services traiteurs permettant de rencontrer une demande de clients en recherche de produits finis, ne nécessitant pas de préparation supplémentaire au retour du travail. Il appartient donc aux métiers traditionnels de s’adapter, en étant à l’écoute des besoins.

Et les jeunes entrepreneurs, qu’en pensent-ils? Découvrez comment, en cliquant ici la manière avec laquelle ils ont appréhendé les tendances pour créer une entreprise en Wallonie, et la manière dont ils envisagent leur avenir.

 

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans L'actualité de Challenge. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s